• CFA18
Edition 2017
      • A Bouchard l'étape, à Dassonville le maillot

      • Huit coureurs qui partent quelques kilomètres après le départ pour une chevauchée folle jusqu’à Braspart, au grand dam des Bretons qui ont vu leurs efforts du matin dans le contre la montre réduits à néant. Geoffray Bouchard rêvait de cette victoire. C’est désormais une réalité.
      • A Bouchard l'étape, à Dassonville le maillot
      • Geoffray Bouchard a inscrit l’étape Plougastel-Daoulas – Saint Michel de Brasparts son palmarès qui vient drôlement de s’enrichir en l’espace de huit jours après sa victoire au général du Tour de Beaujolais, avec en prime une étape. 

        « C’est magnifique. Il n’y avait pas Valentin Madouas au départ, alors on avait une chance de gagner », indiquait le Roannais qui s’est parfaitement replacé au classement général sur les hauts de Brasparts après avoir concédé 46 secondes le matin dans le chrono. 

        Les choses n’ont pas traîné. Dès le dixième kilomètre un certain nombre de coursiers avaient des fourmis dans les jambes et parmi eux un certain Flavien Dassonville qui n’avait que huit secondes de retard sur le leader Maxime Cam. Huit coureurs prenaient le large et pas des moindres. David Rivière (Vendée U), Romain Faussurier (Bourg-en-Bresse Ain Cyclisme), Nicolas Prodhomme (Chambéry Cyclisme), Rémi Aubert (CC Etupes) Willy Artus (Sojasun), Adria Moreno Sala (AVC Aix), Geoffray Bouchard et donc Flavien Dassonville ( Nogent-Sur-Oise) creusaient rapidement l’écart. 28 secondes dès Irvillac. 

        Entente cordiale devant

        Maxime Cam était pendant ce temps à l’arrêt en train de changer ses roues en raison de boyaux mal adaptés. Le bon coup était parti. Seuls deux coureurs, le Creusois Alexandre Deletang et Pierre Almeida (Team Pro Immo Nicolas Roux), intercalés entre le groupe de huit et le peloton, firent illusion pendant la moitié de la course. Devant l’entente était cordiale et au sommet du Menez-Meur à la mi-course, le peloton était pointé à 3min et 45s. 

        L’affaire semblait pliée, pour l’étape et peut-être déjà pour le général qui à l’issue de l’étape pouvait ne plus concerner que ces huit fuyards. Derrière l’entente était déplorable. « Personne n’a voulu relayer », tempêtait Maxime Cam à l’arrivée. Les Loudéaciens comme Les coureurs des Côtes d’Armor Marie Morin semblaient très mal embarqués. La chapelle de Saint-Michel de Braspart apparaissant à l’horizon. Devant certains fuyards commencèrent néanmoins à fatiguer. Derrière la chasse était enfin ouverte. A moins de 15 kilomètres de l’arrivée, l’écart tombait à deux minutes. A dix kilomètres il n’était plus que de 1min 30s. 

        Duel au sommet

        A 3 kilomètres, Dassonville et Bouchard, les plus costauds du groupe, décidaient de s’en aller pour s’expliquer en duel dans la montée de Braspart. A ce petit jeu, c’est Geoffray Bouchard qui gagna d’un demi-vélo. Flavien Dassonville endossant un maillot jaune qui sera peut-être difficile de lui enlever. Mais rien est joué, car le peloton a tout de même limité la casse en se présentant à moins d’une minute des vainqueurs. Abattu à l’arrivée Maxime Cam se voyait obligé de rendre son maillot jaune. Quelques minutes plus tard, il se présentait sur le podium pour endosser la tunique de 1er Breton. Assurément ce maillot ne lui sied pas. « La course n’est pas finie », lâchait-il. En revanche pour Fabien Schmidt, pour le général l’affaire semble mal embarquée avec 8 min de retard en haut de Braspart. Reste deux étapes, dans ses cordes. 

        Albert LE ROUX

      • publié le 15/06/2018
Zoom
      • 2018: Quatre étapes et un final inédit
      • 2018: Quatre étapes et un final inédit

      • Paillot, retour sur une victoire déterminante
      • Paillot, retour sur une victoire déterminante

      • Les engagés 2018
      • Les engagés 2018

Suivez nous !

Facebook Sportbreizh
      • Armor-Lux
      • FBBI
      • L'assiette coopérative
      • Océanopolis
      • Super U Plougastel
      • Tanguy Matériaux
Powered by diasite
Designed by diateam